Aquarellistes d'Asie
Chine, Indonésie et bien d'autres encore

Transfigurant le quotidien, l'artiste choisit de vieux objets tachés de rouille ou marqués par l'érosion pour en rendre les beautés cachées.

Fiche

L’ARTISTE D’ORIGINE MALAISIENNE LOK KERK HWANG S’EST IMPOSÉ SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE AVEC SES TABLEAUX D’OBJETS DE LA VIE COURANTE TRANSFIGURÉS EN OEUVRES D’ART UNIVERSELLES.

   Les artistes doivent constamment réaliser que l'art est un langage en soi.
À mes yeux, le plus grand défi de l’aquarelle est que lorsque j’arrive à obtenir quelque chose d’incroyable, que ce soit par des effets mouillé sur mouillé, au pinceau sec ou en apportant des rehauts sur des détails, ce que l’on ressent alors est tout simplement inexplicable.

De prime abord, mon style et mon choix de sujet n’ont pas trop changé au fil des ans. Cependant, je sais au fond de moi que mes recherches ont évolué, notamment mon geste et mon attention aux détails. Lorsque j’avais vingt ans, comme tous les débutants en aquarelle, j’essayais de peindre avec le plus de gestes possible afin d’obtenir un rendu réaliste. Il n’y a bien sûr rien de mal à cela.
L’art est quelque chose de subjectif et chaque peintre devrait tendre vers quelque chose qui est le reflet de son caractère et de son point de vue artistique.

Au cours des dix ans qui se sont écoulés, je constate que je suis toujours aussi attaché au réalisme mais en même temps je me suis posé la question de savoir comment je pouvais emmener ma peinture à un niveau supérieur. Puis-je peindre avec moins de couleurs ou moins de gestes et obtenir quand même le niveau de détails que je souhaite ? Quel sera alors le résultat ?
Risquerai-je de perdre mon style réaliste et de ne plus être reconnu parmi tous les autres artistes ? La seule option possible est l’expérimentation ; et si le résultat me satisfait, j’en serais alors heureux. C’est un procédé long et laborieux avec comme objectif final de m’améliorer et de devenir un meilleur aquarelliste au fil des ans.    

AdA 22 Lok Kerk-Hwang