Aquarellistes du vieux continent
De l'Europe à la Russie

Illustrateur de formation, Franck Perrot aime mettre en valeur le corps de la femme, qu'il sublime avec de magnifiques jeux d'ombre et de lumière.

Trouver ce point de rupture, ce grain de folie qui va faire passer la peinture de forte techniquement à personnelle.

Fiche

Lors de mes études d’arts plastiques puis lorsque j’ai suivi la formation proposée par l’école Émile Cohl de Lyon, j’ai surtout employé l’acrylique et la gouache. L’aquarelle est venue très progressivement sur les conseils de mes professeurs qui ont jugé que je travaillais la gouache avec une sensibilité d’aquarelliste.

La particularité de l’aquarelle est que la transparence ne supporte évidemment pas la surcharge. Au début, je disposais d’un matériel minimum, un crayon, quelques craies. Le mélange du crayon et de la craie grasse blanche m’a permis d’obtenir un bleu sans me procurer d’outil supplémentaire ! Aujourd’hui, j’ajoute parfois de la gouache blanche dans mes aquarelles pour obtenir un blanc-bleu velouté.


Ma palette s’est réduite petit à petit car j’estimais que mes images se perdaient dans les couleurs et manquaient d’efficacité. J’ai pris goût à ces splendides gris colorés rehaussés de quelques touches saturées. Mais les couleurs continuent néanmoins de me fasciner et je fais beaucoup d’études dans lesquelles je les expérimente.